Le projet de vie SOS Douars

Sharing is caring!

Le site workaway est un concept innovant dont le principe est de fournir un peu de main d’oeuvre en échange du gîte et du couvert. Il permet aux travelers de mon genre de participer à des projets solidaires tout en découvrant la richesse de régions méconnues. C’est grâce à ce site que j’ai croisé le chemin de Nadia. Ce petit bout de femme aux origines franco-marocaine a décidé de s’installer dans la ferme de son grand-père. Rencontre au beau milieu de la région Ait Bamrane au Maroc…


Situé à quelques kilomètres du village de Tioughza, le douar dans lequel vit Nadia depuis quatre années compte 14 familles (soit environ 50 personnes). Il fait partie d’un ensemble de six petits douars regroupés sous le nom de Tninne Akddim. On y compte quelques 300 familles.

Lorsque l’occasion s’est présentée, c’est sans hésiter que Nadia a emménagé dans la ferme familiale afin de la réhabiliter.

La mission qu’elle se donne :  continuer les œuvres de son grand-père dans la région.

Aperçu de la ferme.

Suite à des inondations qui feront énormément de dégâts en 2014, Nadia et ses soutiens lancent l’association SOS Douars afin d’aider les familles à reconstruire leurs maisons.

Grâce à des donateurs, ils pourront distribuer du ciment et de l’eau potable en bouteille à chacune d’entre elles.

Les premières réparations lancées, il apparait comme une évidence que le travail de l’association ne doit pas s’arrêter là compte tenu des besoins des habitants de Tninne Akddim.

→ L’objectif de SOS Douars devient simple : donner aux locaux les moyens d’améliorer leurs conditions de vie et les mobiliser en ce sens.

Nadia et une volontaire allemande.

Tout d’abord, il s’agit d’amener l’eau potable dans les douars afin d’en finir avec les aller-retours fatigants jusqu’aux puits se trouvant parfois à pas moins de 1 kilomètre.

Une grande avancée en terme sanitaire !

Cela nécessite l’installation d’équipements de forage, de pompe et d’acheminement de l’eau.

Les travaux sont en cours mais avancent lentement à cause de certaines pressions locales. Les travaux avaient repris lors de mon passage en avril 2017. Mais le chantier est de nouveau à l’abandon à l’heure actuelle. Grrr…

Nadia tient bon. Elle ne compte pas se laisser impressionner par les cowboys et permettre qu’on lui mette des bâtons dans les roues !

Les travaux avancent tant bien que mal…

Partant de l’envie de monter un projet dédié aux femmes, Nadia a aussi eu l’idée de construire un atelier solidaire où elles pourraient venir travailler en sécurité.

Pour cela, elle a pensé à tout. Il va falloir faire des travaux pour construire un atelier. Il faut aussi que les femmes suivent des formations à la ville afin d’acquérir de nouvelles compétences.

C’est comme ça que, 4 fois par semaine, les femmes du douar partent à l’école en taxi pour assister à des cours de couture.

Au début, cela n’a pas été simple d’obtenir l’autorisation du chef de famille. Ni de gagner la confiance des femmes pour se faire conduire seules par un inconnu. Mais à force de dialogues et de discussions, Nadia a commencé à faire changer les mentalités.

D’autres projets de formations sont également en cours de réflexion.

A l’école de couture.

En attendant, les travaux de l’atelier avancent petit à petit, nonchalance locale oblige.

Malgré les pressions, bientôt (incha’allah), Nadia et les femmes pourront se mettre à travailler l’argan à l’abri du soleil.

Elles pourront aussi extraire l’huile des cactus après la récolte, ou encore à fabriquer des coussins à base de sacs en jute recyclés. Tout cela en ayant un œil sur leur progéniture qui s’amusera dans l’aire de jeux à proximité.

L’atelier avance…

Pour en savoir plus ou soutenir l’association SOS Douars, Nadia et les habitants de Tninne Akddim, suivez ce lien


Vous pouvez aussi les rejoindre en faisant partie de la cinquantaine de volontaires venus du monde entier pour participer au projet.

Inscrivez-vous sur workaway !

Ils ont besoin de vous !

 

Sharing is caring!

3 thoughts on “Le projet de vie SOS Douars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *