Le Jardin d’Ahmed

Sharing is caring!

C’est quelque part en plein cœur de l’oasis de Tighmert, située à 15kms de Goulmime dans le sud du Maroc, que j’ai rencontré Ahmed, agriculteur local. Son jardin, petit bout de paradis, cela fait 4 ans qu’il y travaille tous les jours. Attentionné et passionné, il donne beaucoup à la nature, et la nature le lui rend bien. Visite…

En arrivant à Tighmert, demandez le Jardin d’Ahmed.

On vous amènera à coup sûr à travers un dédale de chemins étroits et bordés de palmiers jusqu’au lieu dit.


Qui est Ahmed ?


Ahmed, tout le monde le connaît. Il est le précurseur en matière de jardinage dans l’oasis. Posez-lui la question, il vous dira joyeusement qu’il a réussi à transmettre son virus de la nature.

Jardinier respecté, on vient souvent lui demander conseils. Il n’hésite pas à en donner car il souhaite avant tout encourager les initiatives des habitants qu’il a contaminés.

Propriétaire de plusieurs parcelles où il cultive déjà du blé, du mais et de la luzerne, Ahmed a décidé de dédier un espace au jardinage et à la détente.

Son projet, à terme, c’est de pouvoir faire profiter aux habitants de l’oasis et aux gens de passage son jardin d’Eden. En effet, il souhaite créer un lieu de vie ouvert aux rencontres et aux échanges agricoles, culturels, artistiques, et sociales.

Ahmed et moi au jardin.

Poussez la porte du jardin…


En entrant, on se sent tout de suite comme apaisé, imergé dans une sublime nature verdoyante. L’endroit est tout aussi agréable que surprenant, compte tenu du désert environnant.

Ahmed sait recevoir ses visiteurs, qu’il invite toujours à siroter un thé à la menthe (prélevée au jardin!) avant la visite. Quel bonheur de profiter de fraîcheur de la tente berbère !

Lors de la visite du potager, vous pouvez trouver des fruits (raisins, figues, grenades), des légumes (piments, oignons, courgettes, potirons…), des fleurs ainsi que des plantes médicinales et aromates (menthe, absinthe, romarin).

Comme sa production est variée et abondante, elle permet quasiment à Ahmed et sa famille de vivre toute l’année en autosuffisance.

Curieux, Ahmed expérimente aussi des espèces inexcistantes jusqu’à présent dans l’oasis. Sa fierté ? La rose de Damas et les tournesols.

Ce qu’on trouve au jardin… / M. PARENT

Et la protection de l’environnement dans tout ça ?


Il est hors de question pour Ahmed d’utiliser pesticides, produits chimiques et traitements en tout genre.

Ecologie, respect de l’environnement et de la biodiversité, voilà ses maîtres mots.

Il reste également vigilant quant à la question de l’eau. Il lui faut en effet réfléchir à un système d’irrigation adapté et optimal afin d’éviter tout gaspillage. Pour cela, Ahmed doit prendre en compte un détail néanmoins important : les tours d’eau.

L’oasis est irriguée par une source située à 5km. Des canaux ont été aménagés afin d’y acheminer l’eau. De façon à ce que chacun puisse en bénéficier équitablement, les tours d’eau sont déterminés en fonction de la surface de la parcelle.

Régulièrement, chaque propriétaire a un droit d’eau pendant un temps déterminé. Il lui est alors permit d’ouvrir les « barrages » des canaux entourant ses terres afin d’irriguer ses cultures.


Pour découvrir son beau projet et pourquoi pas le soutenir, vous pouvez contacter Ahmed sur sa page Facebook.


 

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *